L’art et les bijoux des aborigènes d’Australie

Bijoux aborigènes

Parmi les peuples qui fascinent, les aborigènes d’Australie ont un artisanat bien particulier exprimant leur amour pour la nature. Qui n’a pas déjà vu ces didgeridoo gravés et peints à la main, instruments de musique traditionnels confectionnés dans un tube de bois ?

Les peintures aborigènes, représentant des animaux ou bien souvent très abstraites, sont un autre exemple de cet artisanat magique.

Une civilisation artiste

L’art et l’artisanat sont des éléments clés de la culture aborigène : liée au territoire et à la spiritualité, la créativité aborigène s’exprime en peinture, sculpture, chants, danse, musique... Ainsi, les bijoux qu’ils créent et portent ne sont jamais anodins, car ce que nous appelons "art" dans nos sociétés occidentales est, pour ce peuple, un moyen et une force spirituels avant tout.

Presque toutes leurs réalisations évoquent "Le Temps du rêve", thème central dans la culture aborigène : cette légende explique les origines de leur monde et de la Terre. On compte plusieurs grands sites d’art aborigène en Australie, dont les parcs nationaux Kakadu et Uluru ; ces lieux sont maintenant protégés, car la plupart des sites de peinture rupestres ont été peu à peu désacralisés, et ont subi des dégradations. Heureusement l’art aborigène se perpétue aussi avec les artistes contemporains locaux et nationaux.

Les matériaux utilisés

Noix sculptée à la main

Dans l’artisanat aborigène, les matériaux employés sont en majorité le bois et la peinture. Celle-ci est élaborée à partir de pigments naturels, les ocres, et de fixateur végétal (suc d’orchidée). Ainsi, la palette des peintres aborigènes est le plus souvent limitée aux couleurs de la terre : rouges, bruns, jaunes et noir extrait de certains minerais et du charbon de bois.

On trouve dans toutes les régions d’Australie des carrières de pigments encore considérées, pour certaines, comme des sites sacrés. En guise de support, les artistes aborigènes d’Australie n’utilisent pas que le bois mais aussi l’écorce, la pierre et plus récemment la toile et le carton. Quant aux bijoux, ils peuvent être composés de toutes ces matières confondues. La confection de parures traditionnelles emploie également des graines et des galets même si l’écorce peinte reste le matériau le plus emblématique et le plus répandu de tous.

Culture tribale et parures

Les bijoux traditionnels des aborigènes peuvent prendre toutes les formes connues de bijoux : collier, bracelet, boucles d’oreilles et même piercings. Le piercing à la langue est ainsi porté par les shamans comme symbole de leurs pouvoirs. Les bijoux et les peintures corporelles se rapportent la plupart du temps à la spiritualité et aux totems, plus qu’à une recherche esthétique en soi, mais cette dernière est implicitement présente comme dans toute culture ethnique.

Les peuples aborigènes (d’Australie et d’ailleurs) sont aussi reconnus pour avoir pratiqué les premiers tatouages de l’humanité, au visage notamment. Enfin, les colliers sont les bijoux les plus remarquables des aborigènes australiens et font partie des parures associées aux danses tribales, rites et cérémonies évoquant le Temps du rêve. Les exemples précis sont rares, mais ils sont le plus souvent composés de corde végétale et de bois peint.

Écrit par Zoé le dans Les bijoux ethniques

Si vous avez aimé, faites le savoir !

Laisser un commentaire

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : txmmkqgcik