Les bijoux de la tribu Massaï

Femme MassaïLes Massaï, surtout connus pour leurs ornements et les modifications corporelles qu’ils pratiquent, occupent principalement le sud-ouest du Kenya et le nord de la Tanzanie. Ces tribus d’éleveurs et de guerriers semi nomades vivent encore dans certaines réserves animalières, dont ils sont les premiers organisateurs.

Outre l’image qu’elle donne d’un mode de vie en harmonie avec la nature, cette tribu résiste toujours à la modernité et dispose d’une culture très forte, comprenant rituels et parures.

L’histoire d’un peuple singulier

Massaï signifie "le peuple qui parle maa", langue propre à plusieurs ethnies d’Afrique de l’Est : les populations Massaï maintiennent leur dialecte et leurs traditions culturelles depuis leur arrivée sur ce territoire vers le XVè siècle. Ils auraient émigré depuis la vallée du Nil (Egypte, Soudan) jusqu’à s’être implantés dans la région qu’ils occupent encore aujourd’hui. Une grande partie de ces terres a été conquise au XIXè siècle par les colons anglais et allemands, puis par les groupes ethniques africains dominants au moment de l’indépendance.

Ainsi le peuple Massaï a été brimé à plusieurs reprises et l’est encore actuellement : les gouvernements kényan et tanzanien les incitent à adopter un mode de vie sédentaire et à opter pour l’agriculture. Mais, les Massaï continuent de résister et sont toujours semi nomades, vivant de leur bétail dans un système pastoral ; ce conservatisme leur vaut un attrait particulier auprès du grand public occidental : c’est le peuple africain le plus connu dans le monde.

Les bijoux et parures Massaï

Dans la tradition, les enfants Massaï subissaient autrefois une ablation des incisives inférieures ce qui était l’un des signes distinctifs de leur tribu. De nos jours, cette ethnie se caractérise essentiellement par un goût développé pour l’ornementation corporelle : les femmes réalisent des bijoux en perles de toutes sortes (bracelets, collerettes, boucles d’oreille). Constituées de perles de verre enfilées sur du fil de fer, les parures traditionnelles se présentent sous la forme de larges colliers multicolores, ou encore de lourds pendentifs d’oreille dont le poids tend à distendre le lobe.

Les vêtements brodés de cérémonie sont élaborés par les jeunes filles dès leurs 12 ans : souvent rouges, ils font écho à l’usage ancestral d’ocre de cette même couleur. Les hommes Massaï portent aussi bon nombre de bijoux et des tenues colorées. Si les femmes Massaï présentent souvent un crâne rasé qui met leur visage en valeur en plus des parures, les moranes (jeunes guerriers) teignent leurs cheveux tressés en rouge.

Collerettes Massaï

Fabrication des perles de verre

Les perles en verre traditionnelles africaines existent dans plusieurs régions et sont produites par de nombreux peuples ; fabriquées à partir de verre de récupération, elles sont moulées puis cuites dans un four à bois. La pâte de verre, obtenue à partir de verre pilé et de divers colorants de céramique, durcit à la chaleur avant d’être cuite une deuxième fois pour fixer la couleur après décoration. Enfin, les perles sont polies en les frottant avec du sable et de l’eau sur une pierre lisse : opaques, peintes ou translucides les perles de verre du Kenya sont l’élément principal des parures de l’ethnie Massaï.

(crédits photos Creative Commons byjonkeegan et lamsongf)

Écrit par Zoé le dans Les bijoux ethniques

Si vous avez aimé, faites le savoir !

Laisser un commentaire

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : 6mbbxv54qh